I can’t give you anything but love

I can’t give you anything but love, avec Yorgui Loeffler. Extrait du documentaire Harlem à Montmartre : une histoire du jazz à Paris, diffusé sur Arte en décembre 2010.

« Le jazz serait-il né en France ? Ce film retrace une partie de sa genèse à Paris, au lendemain de la Grande Guerre, autour des musiciens noirs américains, soldats engagés dans le conflit et restés en Europe.
Dans la trépidante vie culturelle de la Ville lumière, leur art s’épanouit librement, à l’abri de la ségrégation raciale qui sévit outre-Atlantique. Pendant les deux décennies suivantes, ils créent une communauté musicale d’expatriés à Montmartre. Inspiré du livre éponyme de l’historien William A. Shack, le film retrace leur histoire grâce à des documents d’archives, dont certains inédits, provenant des deux côtés de l’Atlantique, et aux témoignages de spécialistes. Les figures de James Reese Europe, Ada Bricktop Smith, Eugene Bullard, Django Reinhardt… revivent aussi à travers des jam sessions où les jazzmen d’aujourd’hui, français et américains, leur rendent hommage. » (Arte)

« Harlem in Montmartre » zeichnet ein faszinierendes Kapitel der afroamerikanischen Kulturgeschichte nach: das Fußfassen des amerikanischen Jazz in Paris zwischen dem Ersten und dem Zweiten Weltkrieg. Lange war Montmartre ein Dorf gewesen, wo Maler und Schriftsteller billige Wohnungen fanden – bis sie dann nach Montparnasse weiterzogen. Anfang der 20er Jahre ließen sich fast 200 schwarzamerikanische Musiker hier nieder und sorgten in den unzähligen kleinen Bars und Nachtclubs für Stimmung.

Publicités

Album « Swinging in Paris », Romain Vuillemin Quartet

Romain Vuillemin Quartet, album Swinging in Paris
13 titres
Sortie : février 2015

Swinging in Paris, Romain Vuillemin Quartet
Swinging in Paris, Romain Vuillemin Quartet

Le site de Romain Vuillemin Quartet

Musiciens

Romain Vuillemin : guitare
Stéphane Nguyen : guitare
Guillaume Singer : violon
Jérémie Arranger : contrebasse
Sylvain Hamel : clarinette sur le titre 4

Titres

1. Swing 41 (D. Reinhardt
2. Songe d’automne (A. Joyce)
3. Parlez moi d’amour (J. Lenoir)
4. Three little words (H. Ruby)
5. The world is waiting for the sunrise (E. Seltz)
6. Tea for two (V. Youmans)
7. Joseph Joseph (trad.)
8. Choti (D. Reinhardt)
9. I love you (H. Archer)
10. Topsy (C. Basie)
11. Body and soul (J. Green)
12. Exactly like you (J. McHugh)
13. Renouveau (R. Vuillemin)

Quelques extraits de critiques:

Sur Django Station

«A contre courant des killers de la 6 cordes qui sévissent un peu partout aujourd’hui, le guitariste Romain Vuillemin, qu’on croise depuis quelques années dans tous les lieux swing manouche de Paris et d’ailleurs, nous offre un disque old school, enregistré en 2 jours, qui privilégie la simplicité et la musicalité. Ses petits camarades expérimentés (Guillaume Singer, violon, Jeremy Arranger, contrebasse Stephan N’Guyen, guitare d’accompagnement) et lui-même ont bien assimilé l’esprit du quintet d’avant guerre de Django et Grappelli et en ont retenu les meilleures leçons (…)»

Sur Couleurs Jazz

«Très jolie surprise que ce Swinging in Paris, autoproduit et financé grâce au système du crowdfunding. De ce premier album, enregistré en deux jours seulement, ressortent dès la première écoute, spontanéité et fraîcheur. A n’en pas douter, il a été pensé comme un hommage au maître du genre. Plus Django que Jazz manouche donc, il propose un retour aux sources, avec des standards exécutés en innovant par des tempos parfois originaux.»

Dans L’Est Républicain

«Romain Vuillemin, avec Guillaume Singer au violon, Stephan Nguyen à la guitare et Jérémie Arranger à la contrebasse, frappent fort (…) Il est vrai que l’enregistrement frappe par sa maîtrise, une patte old-school mais délivrée par des musiciens capables d’apporter des arrangements originaux.»

 

Collectif Selmer #607

En 2008, Noé Reinhardt, Sébastien Giniaux, Adrien Moignard, Rocky Gresset, Richard Manetti et Benoît Convert se sont réunis autour d’une guitare Selmer de 1946, numéro de série 607, en hommage à Django. Sébastien Giniaux m’a invité a jouer avec lui sur Viper’s Dream de Fletcher Allen. Pour le deuxième album du collectif sorti en 2010, Sébastien m’a invité à nouveau, cette fois-ci pour interpréter Tutu.

«Autre petit bijou, la reprise de « Tutu » de Marcus Miller popularisé par Miles Davis et joué ici par Sébastien Giniaux et Guillaume Singer au violon.» (Django Station)

jazzclassique

jazzman

Le site de Selmer #607